Panier
vide

FAQ - Foire aux questions concernant les jumelles


1. En fait, à quoi servent des jumelles ?

2. Que signifie le code indiqué sur la plupart des jumelles, p.ex. 10x42 ?

3. Comment maintenir mes jumelles propres ou les nettoyer ?

4. Quelles sont les meilleures marques de jumelles ?

5. Quelle doit être la taille du champ visuel apparent des jumelles et où se situent les différences ?

6. Que signifie un traitement de phase ?

7. Quelle est la différence entre des jumelles à prismes de Porro et prismes en toit ?

8. Est-ce qu'il est vraiment intéressant de payer le prix fort pour des jumelles, ou peut-on trouver des jumelles bon marché mais quand-même de bonne qualité ?

9. Comment peut-on tester la qualité d'une paire de jumelles ?

10. Est-ce que les bonnes jumelles sont forcément celles qui offrent le plus fort grossissement ?

11. Vous proposez quelques jumelles zoom. A priori, cela me semble la meilleure solution, au lieu de me limiter à un grossissement fixe. Ou je me trompe ?

12. Je cherche des jumelles pour les sports nautiques ; qu'est-ce que vous pouvez me recommander ?

13. Je cherche des jumelles que je puisse emporter en randonnée en montagne. Qu'est ce que vous me conseillez ?

14. Existe-t-il des jumelles qui ne soient pas seulement faites pour le jour ou pour la nuit, mais bien pour toutes les situations ?

15. Je cherche des jumelles pour observer les oiseaux, mais lesquelles conviennent pour cela?

16. Stabilisateur d'image : Est-ce intéressant de choisir des jumelles qui offrent cette fonction ?

17. Je voudrais monter des jumelles sur un trépied. Lequel choisir ?

18. Que signifie le terme traitement anti-reflet ?

19. Quelles jumelles conviennent pour les porteurs de lunettes ?

20. Quel type d'œilletons est préférable ?

21. Quels sont les points essentiels à prendre en compte quand on achète des jumelles ?

22. Que signifient les lettres derrière les codes chiffrés de nombreuses jumelles ?


1. En fait, à quoi servent des jumelles ?
Les jumelles sont l'instrument idéal pour rapprocher visuellement des objets lointains, en grossissant ces objets de manière à mieux en distinguer les détails. Les situations dans lesquelles on peut utiliser des jumelles sont aussi variées que les objets d'observation et, surtout, que les domaines d'intérêt des observateurs. Parmi les activités où l'on utilise habituellement des jumelles, il y a l'astronomie, l'ornithologie ou plus généralement l'observation de la nature et des animaux (safaris p.ex.), ou encore la chasse et la voile. Les possibilités sont pratiquement illimitées ; les jumelles sont très pratiques p.ex. pour les voyages, les randonnées (surtout en montagne), les événements sportifs (p.ex. dans un stade), les concerts, au théâtre et à l'opéra, sans parler des nombreuses utilisations au quotidien (pour voir p.ex. si la voisine a glissé dans sa salle de bains et se précipiter à son secours ...).  

Livre recommandé sur l'observation avec des jumelles

Retour à la liste des questions


2. Que signifie le code indiqué sur la plupart des jumelles, p.ex. 10x42 ?
Toutes les jumelles que nous vous proposons portent ce code. Il indique les caractéristiques de grossissement et d'ouverture d'objectif des jumelles concernées. La première valeur est toujours le grossissement, dans le cas présent il s'agit donc d'un grossissement de 10 fois. La seconde valeur précise l'ouverture des objectifs, toujours indiquée en millimètres. Des jumelles 10x42 possèdent donc une ouverture d'objectif de 42 mm.  

Jumelles 10x42 économiques et performantes

Retour à la liste des questions


3. Comment maintenir mes jumelles propres ou les nettoyer ?
Les jumelles ne sont pas censées être un objet simplement décoratif exposé dans une vitrine, mais bien un instrument pratique à utiliser sur le terrain, pour toutes sortes d'observations. Il est donc inévitable qu'elles se salissent. Extérieurement, on peut sans problème les essuyer avec un chiffon, alors que le nettoyage des verres demande un peu plus de précautions. En effet, ces verres ont reçu un traitement anti-reflets et cette couche sensible risque d'être endommagée par un nettoyage trop radical. Une certaine douceur est donc de mise. Voici le premier principe en matière de nettoyage : aussi peu souvent que possible.
En revanche, on peut parfaitement passer un pinceau doux sur les verres, même régulièrement, pour enlever soigneusement les grains de poussière. Mais si les verres sont sérieusement encrassés, il faut procéder autrement et envisager un nettoyage plus intense. Le meilleur moyen est d'utiliser un tissu en microfibres ou un autre tissu très doux. Vérifiez bien qu'il n'y a pas de gros grains de poussière piégés dans le tissu, puis vous pouvez essuyer les verres doucement, de préférence par des mouvements circulaires. Il est possible qu'un tel nettoyage à sec ne soit pas suffisant. Dans ce cas, nous vous proposons un liquide spécifique qui vous permet d'effectuer un nettoyage efficace et non agressif. Pour les protéger au maximum, il vaut mieux remettre les capuchons sur les verres après chaque utilisation des jumelles.

Tissu en microfibres
Pinceau de nettoyage
Kit avec liquide de nettoyage

Retour à la liste des questions


4. Quelles sont les meilleures marques de jumelles?
Parmi le top des jumelles, on trouve les marques Leica et ZEISS. qui constituent incontestablement le haut de la gamme. D'autres marques de très haute qualité sont Steiner, Minox et Nikon. Les représentants de la gamme moyenne sont Eschenbach, Bushnell et Bresser. Cela dit, d'autres marques proposent aussi quelques jumelles qui peuvent être parfaites pour certaines utilisations.

Retour à la liste des questions


5. Quelle doit être la taille du champ visuel apparent des jumelles et où se situent les différences ?
Il est toujours avantageux de disposer de jumelles offrant un grand champ visuel. L'œil humain dispose d'un champ de 180°, grâce à la fusion des impressions visuelles des deux yeux. Bien entendu, ce résultat est impossible à atteindre avec des jumelles. Mais les fabricants essayent tout de même d'obtenir un champ aussi vaste que possible. Pour cela, ce qui compte est à la fois le grossissement et le type d'oculaires. Le champ visuel est d'autant plus grand que le grossissement est faible. Et des modes de fabrication spécifiques permettent de réaliser des oculaires grand angle qui, même avec un grossissement plus important, produisent un grand champ visuel. Toutefois, il faut trouver le bon compromis, car certains fabricants du bas de la gamme proposent des jumelles dotées de grands champs visuels mais dont la netteté périphérique diminue dès le dernier tiers du champ. Or, les jumelles de qualité offrent un champ visuel qui reste net jusqu'au bord. Dans les caractéristiques techniques, le champ réel est toujours indiqué sur mille mètres, p.ex. 56m/1000m. Cela signifie qu'à mille mètres de distance, on dispose d'un champ réel large de 56 mètres. Parfois, cette indication est exprimée en degrés d'angle. Voici les formules qui permettent de calculer soi-même ces caractéristiques, sachant que le facteur 17,5 exprime le champ réel en mètres pour un champ apparent de 1°. Champ visuel à 1000m = Degrés (réels) x 17,5 =

Grad (reell) = Sehweite auf 1000m / 17,5 =

Retour à la liste des questions

 

6. Que signifie un traitement de phase ?
Certaines jumelles de qualité supérieure sont spécifiées "avec traitement de phase". Il s'agit d'une couche de traitement particulière appliquée sur les prismes en toit. Quand un rayon lumineux arrive sur le prisme en toit, il est réfléchi à plusieurs reprises en prenant la forme d'un faîte de toit. De plus, la réflexion divise le rayon en deux segments, ce qui entraîne un décalage des phases des ondes lumineuses.
Autrement dit, les ondes des rayons lumineux ne sont plus identiques, mais décalées. Cela aurait pour effet de diminuer aussi bien la résolution que le contraste ; or, pour éviter cette perte, on applique des couches de traitement spécifiques qui corrigent le phénomène décrit.

Jumelles d'excellente qualité mécanique et optique, avec traitement de phase

Retour à la liste des questions

 

7. Quelle est la différence entre des jumelles à prismes de Porro et prismes en toit ?
La différence entre ces deux types de jumelles réside essentiellement dans la mise en œuvre de différents systèmes de prismes pour redresser l'image qui au départ est formée à l'envers. Les uns sont appelés prismes de Porro et les autres prismes en toit. Pour faire simple, disons que dans les prismes de Porro, les rayons lumineux suivent un chemin de forme rectangulaire, tandis que dans les prismes en toit, ce chemin est en angle aigu comme la forme d'un toit. Aujourd'hui, les utilisateurs ont une petite préférence pour les jumelles à prismes en toit. Ces deux types de jumelles sont assez différents dans leur forme. Dans les Porro, l'écart entre les deux objectifs est plus grand qu'entre les deux oculaires. Par comparaison, les systèmes en toit ont une forme plus compacte et étroite qui est due à la conception différente des prismes. Les jumelles à prismes de Porro ont une forme assez large, mais leur avantage réside dans le grand effet de relief qu'elles donnent à l'image. Le système de mise au point est de type extérieur dans les Porro, alors qu'il se situe à l'intérieur du tube dans les jumelles à prismes en toit. On préfère souvent ce dernier type de mise au point à celui des Porro, car il permet une construction plus solide et une meilleure protection contre l'humidité. Dans l'absolu, on ne peut pas dire que tel système est meilleur que l'autre. Pour chaque type, il existe des jumelles de bonne et de moindre qualité. Cela dit, la fabrication d'une bonne paire de jumelles à prismes en toit est nettement plus complexe ; il est donc recommandé, pour le bas de la gamme, d'y regarder de plus près et de se faire conseiller.

Jumelles à prismes de Porro Jumelles à prismes en toit

Retour à la liste des questions

 

8. Est-ce qu'il est vraiment intéressant de payer le prix fort pour des jumelles, ou peut-on trouver des jumelles bon marché mais quand-même de bonne qualité ?
C'est comme un peu partout : celui qui met plus d'argent obtient généralement une meilleure qualité. Mais il est vrai qu'aujourd'hui, on arrive à fabriquer à faible coût des instruments de qualité à peu près acceptable. Toutefois, si l'on n'est pas prêt à faire de gros compromis en termes d'aberrations chromatiques, de contraste, netteté, transmission et de rendu fidèle à la réalité, on doit forcément se tourner vers des jumelles plus coûteuses. Les instruments de grande qualité exigent un travail complexe en termes de performance optique et mécanique, afin d'éliminer un maximum d'aberrations. Cela vaut aussi pour le système mécanique de mise au point, qui doit être de bonne facture, car le plaisir de l'observation risque de ne pas durer si la mise au point a du jeu, bouge de trop ou reste coincée. Quant aux œilletons, éléments de confort importants, c'est un point où l'on ne devrait pas faire de gros compromis non plus. Il existe, par exemple, des oeilletons rigides, extensibles par rotation et offrant plusieurs positions de blocage.

Jumelles robustes avec un bon système optique et une solide mécanique

Retour à la liste des questions


9. Comment peut-on tester la qualité d'une paire de jumelles?
A première vue, la qualité d'une paire de jumelles n'est pas facile à déterminer. Si l'on observe le paysage par beau temps, on ne remarquera pas forcément les différences qui existent entre les modèles. Au-delà du système optique, il faut aussi regarder le mécanisme de mise au point et le tube optique proprement dit.
Pour commencer, on peut par exemple tenir l'instrument sous un tube néon blanc et contrôler le traitement anti-reflet. On voit bien si les objectifs ont une coloration – généralement verte ou violette – ou pas. Si l'on voit des reflets blancs, les verres ne sont pas traités. Cela signifie qu'une partie précieuse de la lumière serait perdue avant d'atteindre notre oeil. Il est conseillé de faire ce même test avec les oculaires. En effet, certains fabricants de jumelles bas de gamme n'y appliquent pas de revêtement. En plus de la perte de lumière, les verres non traités entraîneraient beaucoup de reflets, un inconvénient à éviter à tout prix.
Ensuite, on peut tenir les jumelles face à une surface claire, à une certaine distance. On devrait alors voir apparaître deux petits disques blancs dans les oculaires ; ce sont les pupilles de sortie. Elles devraient être rondes et non pas anguleuses. Si elles présentent des angles, c'est que les prismes ne peuvent pas réfléchir toute la lumière. Ce serait une aberration majeure qui dégraderait énormément la qualité de l'image.
Ensuite, on peut essayer de faire une observation à contrejour. Si les jumelles sont de moindre qualité, il est fort possible que des reflets apparaissent dans le champ de vision, qui réduisent fortement le contraste de l'image. Pour éliminer ces reflets, l'intérieur des jumelles devrait être noirci mat.
On devrait aussi s'assurer de la pureté des couleurs. Pour cela, on peut diriger les jumelles vers un mur blanc éclairé par le soleil. Il se peut alors qu'on détecte des franges colorées. Si elles sont trop importantes, elles risquent de nuire à la qualité de l'image. Donc, une optique produisant des couleurs pures sera toujours un atout. Plusieurs fabricants proposent des jumelles dotées de lentilles en verre ED ou fluorite. Ces modèles ne présentent quasiment aucune aberration chromatique, ce qui est particulièrement important pour les forts grossissements.
L'observation du ciel de nuit est une bonne façon de tester des jumelles, parce qu'elle révèle souvent des défauts d'image. Il suffit de viser une étoile ou une planète brillante, ou même la lune, pour pouvoir se faire une idée.
On fait la mise au point exactement sur l'objet au centre de l'image, puis on décale l'objet vers le bord du champ visuel. C'est alors qu'on peut voir d'éventuels défauts, par exemple des distortions de l'étoile au bord de l'image, ou encore une netteté périphérique insuffisante. Si le champ d'image présente des courbures, c'est aussi là qu'on les détectera. Un défaut d'image se remarquera d'autant plus que l'objectif est grand.

Retour à la liste des questions

 

10. Est-ce que les bonnes jumelles sont forcément celles qui offrent le plus fort grossissement ?
C'est en effet une croyance très répandue. Mais ce n'est pas vrai, car ce qui détermine la qualité des jumelles, c'est le choix des matériaux pour les lentilles, les prismes et les traitements, et aussi la performance mécanique. Quant au grossissement, on devrait plutôt le choisir en fonction du domaine d'utilisation des jumelles.
Pour la plupart des usages, un grossissement de 8 ou 10 fois est largement suffisant. En restant dans cette plage de grossissement, on peut très bien utiliser les jumelles à main levée, sans voir l'image trembler de trop. Si le grossissement est plus fort (à partir de 12 fois), cela ne sera pas forcément le cas. L'image va trembler davantage et on aura l'impression qu'elle est floue. La seule solution alors, c'est de monter les jumelles sur un trépied. On peut trouver des jumelles allant jusqu'à un grossissement de 20 fois. Si l'on préfère un fort grossissement, mais sans vouloir utiliser un trépied, il reste la possibilité d'acheter des jumelles avec stabilisateur d'image.
Et si l'on souhaite aller encore plus loin dans le grossissement, c'est une longue-vue qu'il conviendrait de choisir. La plupart des longues-vues offrent des grossissements de 20 à 60 fois, réglables à l'aide d'un oculaire zoom. Bien entendu, un trépied est - là aussi – indispensable. Certaines longues-vues sont même fournies avec un trépied de table.

Bonne paire de jumelles avec grossissement de 10 fois
Bonne paire de jumelles avec grossissement de 12 fois
Longue-vue de bonne qualité optique à petit prix

Retour à la liste des questions


11. Vous proposez quelques jumelles zoom. A priori, cela me semble la meilleure solution, au lieu de me limiter à un grossissement fixe. Ou je me trompe ?
Les jumelles zoom sont très pratiques, parce qu'elles permettent de changer le grossissement en continu. et d'être ainsi bien équipé pour de nombreuses situations d'observation. Cela dit, ce type de jumelles représente toujours un compromis. Du fait des lentilles supplémentaires qui sont nécessaires pour la fonction zoom, leur qualité est globalement inférieure à celles des jumelles à focale fixe. Cela n'a pas d'impact à la lumière du jour, mais certainement en situation de fort contrastes lumineux, au crépuscule ou dans la nuit.
La plupart des jumelles zoom font apparaître un effet tunnel qui, en général, est particulièrement visible avec un grossissement faible. On a l'impression de voir l'image à travers un long tunnel noir. Rares sont les jumelles zoom qui ne présentent pas cet effet.

Jumelles zoom polyvalentes avec objectif de 80 mm à prix intéressant
Jumelles zoom compactes de qualité supérieure

Retour à la liste des questions

 

12. Je cherche des jumelles pour les sports nautiques ; qu'est-ce que vous pouvez me recommander ?
Pour les sports nautiques, vous devriez choisir des jumelles robustes qui, en plus d'un bon système optique, offrent une grande solidité mécanique. Un gainage complet en caoutchouc est recommandé, pour que l'instrument ne vous échappe pas trop facilement des mains. Des jumelles prévues pour les sports nautiques seront, de préférence, étanches à l'eau sous pression. C'est le cas pour de nombreux modèles, jusqu'à une profondeur de 5 mètres. Il est préférable aussi que l'instrument soit rempli d'azote, ce qui évite l'entrée d'humidité et l'apparition de buée à l'intérieur.
Si, en plus, vous équipez vos jumelles d'une lanière en néoprène, elles ne peuvent pas couler, au cas où elles tombent à l'eau.

Jumelles avec boussole pour les sports nautiques

Retour à la liste des questions

 

13. Je cherche des jumelles que je puisse emporter en randonnée en montagne. Qu'est ce que vous me conseillez ?
Pour les randonnées en montagne, on conseille généralement de choisir des jumelles pas trop lourdes. De toute façon, on a déjà pas mal de poids à porter ; il vaut donc mieux ne pas en rajouter encore avec les jumelles et se contenter d'un modèle standard de 10x42. Ce type de jumelles, qui pèse environ 700 grammes, est suffisamment léger pour être porté facilement, mais il permet tout de même de faire des observations au crépuscule. Si vous préférez un instrument encore plus compact, vous pouvez très bien choisir un modèle 10x25. Ce type ne pèse que 300 grammes environ et rentre facilement dans une poche de pantalon. Cependant, ces jumelles n'étant pas très lumineuses (AP 2,5 mm), il faut les utiliser uniquement en plein jour.
En dehors de l'ouverture et du grossissement, les facteurs importants sont le traitement des lentilles et des prismes ainsi que le choix du verre ; c'est cela qui détermine les grandes différences de qualité.

Jumelles compactes à prismes en toit fournissant une image bien nette ; conviennent bien pour la montagne

Retour à la liste des questions

 

14. Existe-t-il des jumelles qui ne soient pas seulement faites pour le jour ou pour la nuit, mais bien pour toutes les situations?
Il y a ce que l'on appelle les jumelles standard qui conviennent à peu près pour toutes les conditions de lumière. Les modèles 10x42 ou 8x42, par exemple, sont des jumelles standard, qui présentent une ouverture d'objectif de 42 mm et un grossissement de 8 ou 10 fois respectivement. Le critère essentiel est de savoir quelle est la luminosité de l'instrument, autrement dit combien de lumière arrive sur l'œil. Dans des jumelles de 8x42 mm, le faisceau lumineux qui atteint l'œil a un diamètre de 5,25 mm. C'est assez pour obtenir, même au crépuscule, une image claire et une stimulation suffisante de la rétine. Ce type d'instrument permet donc d'observer des animaux à la tombée de la nuit ou au lever du jour. Même en pleine nuit, il sera encore utilisable, mais pas forcément l'idéal. Ce qui compte dans ces jumelles, c'est d'avoir un système optique aussi bon que possible. Celui-ci sera différent selon le type de verre utilisé, le traitement et les capacités de réflexion des prismes.

Jumelles standard à prix intéressant
Jumelles standard fournissant une excellente image d'un bon piqué, y compris sur les bords

Retour à la liste des questions

 

15. Je cherche des jumelles pour observer les oiseaux, mais lesquelles conviennent pour cela ?
Le rendu fidèle des couleurs est un facteur important dans le choix de jumelles pour l'observation des oiseaux, car on voudrait voir les couleurs du plumage telles qu'elles sont réellement. Il est donc conseillé de ne pas choisir les modèles les moins chers, mais ceux qui offrent un traitement optique de grande qualité. Si l'on opte pour des jumelles à prismes en toit, ces prismes ne devraient pas être recouverts d'une simple couche d'argent mais présenter un grand nombre de couches diélectriques. Ils devraient aussi avoir reçu ce que l'on appelle un traitement de phase qui empêche le décalage de phase des ondes lumineuses traversant le prisme.
Si vous choisissez des jumelles de poche, regardez bien si les oculaires conviennent aussi aux porteurs de lunettes, si nécessaire. Quand tous ces facteurs sont réunis, les jumelles offrent un maximum de clarté, de contraste et de fidélité des couleurs.

Jumelles parfaites pour l'observation des oiseaux

Retour à la liste des questions

 

16. Stabilisateur d'image : Est-ce intéressant de choisir des jumelles qui offrent cette fonction ?
Des jumelles avec stabilisateur d'image sont certainement intéressantes quand on utilise les forts grossissements sans pour autant vouloir monter l'instrument sur un trépied. Par ailleurs, les gens dont les mains tremblent facilement, auront tout intérêt à acquérir ce type de jumelles dans lesquelles des capteurs électroniques compensent les moindres tremblements. On arrive ainsi à maintenir parfaitement immobiles des jumelles offrant un grossissement de 15 fois. L'image apparaît extrêmement nette, car tout tremblement a été neutralisé.

Petites jumelles avec stabilisateur d'image
Jumelles 18x50 avec stabilisateur d'image ; notées "très bien" par "Stiftung Warentest" (assoc. allemande de consommateurs)

Retour à la liste des questions

 

17. Je voudrais monter des jumelles sur un trépied. Lequel choisir ?
La plupart des jumelles peuvent être montées sur un trépied. En général, il suffit pour cela de dévisser un capuchon situé devant le pont central et derrière lequel se cache un pas de vis 1/4 de pouce. On peut alors fixer les jumelles sur un trépied, en utilisant un adaptateur. Toutefois, il faudra bien réfléchir avant de faire son choix. En effet, il ne sert à rien de monter des jumelles pesant 1 kg sur un petit trépied léger en alu. Le trépied serait largement surchargé et les jumelles bougeraient beaucoup dès qu'on y touche. Vouloir observer dans de telles conditions n'aurait aucun sens.
En règle générale, les trépieds sont fabriqués en alumium, bois ou carbone. L'aluminium est très léger et transmet facilement des vibrations. Il faut donc une bonne épaisseur de matériau et une structure centrale très solide. Le bois transmet moins les vibrations ; on utilise en général du bois de frêne. En plus de l'épaisseur du matériau, c'est le poids propre du trépied qui est important pour garantir une bonne stabilité. Sur certains trépieds, la limite de charge est indiquée. Si le poids des jumelles correspond à peu près cette limite de charge, il vaudrait mieux choisir un trépied de la catégorie supérieure.

Trépied supportant jusqu'à 4,5 kg
répied supportant jusqu'à 7,4 Kg

Retour à la liste des questions

 

 18. Que signifie le terme traitement anti-reflet ?
Ce terme désigne un ensemble de couches minces que l'on applique en phase vapeur sur des verres optiques, sous atmosphère de vide poussé. Le but est de réduire au maximum les reflets sur les verres et d'augmenter ainsi la transmission de lumière. Ces couches sont souvent réalisées en fluorure de magnésium ; leur épaisseur et leur indice de réfraction sont déterminants pour la réduction des reflets. Dans ce processus, les interférences lumineuses doivent se neutraliser mutuellement.
Le plus souvent, on applique non pas une seule mais plusieurs couches (jusqu'à sept, voire plus encore), afin d'assurer une bonne réduction des reflets pour tout le spectre lumineux. On reconnaît le traitement anti-reflet à sa coloration, en général du vert ou du violet. Ces couleurs que l'on voit sont aussi appelées reflets résiduels. Assurez-vous que les jumelles portent l'indication "multicoated", qui signale donc le traitement multicouche

Retour à la liste des questions

 

19. Quelles jumelles conviennent pour les porteurs de lunettes ?
Si l'on veut observer avec des jumelles en portant des lunettes, il est important que les jumelles soient conçues pour cela. Cependant, les fabricants n'indiquent pas toujours cette caractéristique. Certaines jumelles ne conviennent pas pour l'observation avec des lunettes, car elles montreraient un champ visuel très petit et coupé.
Le point essentiel : la pupille de sortie doit se situer plus en arrière, à une distance d'environ 20 mm de l'oculaire, pour permettre au porteur de lunettes une visée optimale. De plus, les oeilletons ne doivent pas être gênants. Il existe déjà de nombreux modèles sur lesquels on peut rétracter les œilletons en les tournant. Ceux-là sont en plastique dur. Il existe aussi des œilletons souples que l'on peut replier. Ils se placent tout en douceur contre l'œil ; cependant, comme les agents assouplissants se volatilisent avec le temps, l'œilleton peut devenir cassant.

Petites jumelles 8x25 de bonne qualité, pour les porteurs de lunettes
Jumelles Eschenbach 7x42 à prismes en toit, pour porteurs de lunettes

Retour à la liste des questions

 

20. Quels œilletons faut-il choisir de préférence ?
Les œilletons jouent un rôle important si l'on veut éviter l'entrée de lumière parasite. Il existe des oeilletons souples en caoutchouc et des oeilletons en plastique dur. Les œilletons durs, rétractables en les tournant, ont l'avantage d'être très durables et de présenter souvent plusieurs points d'arrêt pour bloquer leur position.
Les oeilletons en caoutchouc sont plus souples et peuvent être repliés au besoin. Mais avec le temps, ils peuvent devenir cassants, parce que les agents assouplissants disparaissent en se volatilisantGummiaugenmuscheln sind weicher und können bei Bedarf umgeklappt werden. Allerdings können sie über längere Zeit betrachtet brüchig werden, indem sich die Weichmacher daraus verflüchtigen.

Jumelles 10x42 à prismes en toit de la gamme intermédiaire, avec oeilletons rétractables

Retour à la liste des questions

 

21. Quels sont les points essentiels à prendre en compte quand on achète des jumelles ?
Les porteurs de lunettes devraient absolument s'assurer d'un grand dégagement oculaire. C'est important pour eux, car un grand dégagement (env. 20 mm) leur permet de voir tout le champ visuel sans vignettage, même en ayant leurs lunettes sur le nez.
Les personnes qui ont un léger défaut de vision devraient veiller à la présence d'un oculaire réglable. Sur ce point, il est important de savoir jusqu'à quelle dioptrie l'oculaire peut s'adapter au défaut de vision de l'œil, et si le réglage de l'oculaire peut être bloqué pour éviter une modification involontaire.
Une qualité essentielle peut être vérifiée aussitôt après l'achat : Quand on dirige les jumelles vers une surface blanche située à environ 30 cm, il faut que l'on voie bien une surface blanche circulaire qui ne s'assombrit pas vers les bords. C'est la garantie que toute la lumière traversant l'oculaire arrive effectivement jusqu'à votre œil.
D'autres critères de qualité ne se manifestent qu'après un certain temps d'utilisation de l'instrument. Si la fabrication est de mauvaise qualité, on s'apercevra que le réglage optique des prismes laisse à désirer, ce qui entraîne des maux de tête après une observation relativement longue. On risque aussi d'obtenir des images doubles.
Un critère de qualité essentiel pour des jumelles est le traitement anti-reflet des lentilles et des prismes.
Les verres optiques normaux réfléchissent une partie de la lumière incidente, ce qui entraîne une perte de luminosité et un affaiblissement du contraste. Le traitement des lentilles (c'est ainsi que l'on appelle l'application en phase vapeur d'une couche minérale) permet de réduire considérablement la réflexion et d'augmenter la transmission de lumière.

Retour à la liste des questions

 

22. Que signifient les lettres derrière les codes chiffrés de nombreuses jumelles ?
WP - signifie "étanche à l'eau" (water proof). Les jumelles étanches sont fabriquées avec des joints spécifiques et les pores sont impregnées d'une manière complexe. En plus, le vide à l'intérieur de l'instrument est rempli d'azote, si bien que l'eau ne peut pas pénétrer dans les jumelles. Ces modèles conviennent plus particulièrement pour toutes les activités pratiquées dans des conditions de météo variables, par exemple la voile ou la randonnée en montagne.
B - (sur modèles allemands) signifie "convient pour porteurs de lunettes" ; à savoir, les jumelles ont un grand dégagement oculaire permettant de voir tout le champ visuel, sans vignettage, même en portant des lunettes.
G, GA ou RA - signifie "gainé de caoutchouc" (rubber armed). Le gainage en caoutchouc protège les jumelles contre les chocs et les projections d'eau.
CF - signifie parfois "CentralFocus", mais parfois aussi "CloseFocus" -
"Central Focus" veut dire mise au point centrale. Dans les jumelles à prismes de Porro, les oculaires sont reliés par un pont que l'on peut déplacer en avant et en arrière à l'aide de la molette centrale de mise au point.
"CloseFocus" veut dire que la distance minimum de mise au point est très courte, en général entre 2 et 4 m, tandis que sur des jumelles "normales", la mise au point n'est possible qu'à partir d'une distance de 5 mètres. Quand on aime observer des objets petits ou très proches, comme
des papillons ou des oiseaux, on a besoin d'une distance minimum courte,
car sinon l'instrument ne permet pas de faire
la mise au point.
W, WF, WW oder Wide - signifie "grand angle" ou "champ large" ; il s'agit donc de jumelles offrant un champ visuel très large.
MC - signifie "traitement multicouche" (Multi Coated). Comme toutes les jumelles de bonne qualité sont dotées d'un traitement multicouche, celui-ci n'est pas toujours signalé explicitement dans le type de modèle.
UC - signifie "ultra compact" et désigne donc des jumelles particulièrement compactes et légères (en général en aluminium ou parfois aussi en titane).
HP - signifie "HighEyepoint". Ces jumelles offrent une grande ouverture au niveau de la pupille de sortie.
D - (sur modèles allemands) signifie "prismes en toit".
IS - signifie "Image Stabilisator". Il s'agit de jumelles dotées d'un stabilisateur d'image, qui sont utilisés surtout par les ornithologues et autres observateurs de la nature.

 Retour à la liste des questions

08.08.2020


Nous proposons l'expedition mondiale
Monnaie
Service
Contact